Terroir et pastoralisme

Belcaire est notamment connue pour ses sapinières, sa nature préservée à 1000m d'altitude et sa "pomme de terre"! Ce qu'on a en tête lorsqu'on visualise le plateau de Sault, ce sont des grands pâturages verdoyants aux pieds de forêts magnifiques. Un lieu idéal pour se ressourcer auprès de la nature, et pour régaler ses papilles en bons produits locaux.

Le pastoralisme est entretenu par l'estive :

Nos producteurs de quelque soit l'animal : vaches, chevaux, moutons envoient leurs troupeaux en estive, c'est-à-dire dans des zones de pâturages de plus haute altitude que Belcaire. Traditionnellement, les producteurs Belcairois, montent leurs troupeaux au plateau de Languerail, dans les pâtures gagnées sur la forêts de la Plaine, au col de Perrucel, mais aussi vers la forêt de Niave. Tous ces lieux ne vous disent rien? Alors allez découvrir nos randonnées au départ de Belcaire qui vous amèneront à tous ces lieux.


De début juin à octobre, c'est le temps de l'estive, vous ne verrez pas beaucoup de troupeaux autour des routes du Pays de Sault. Ceux que vous pourrez voir sont des troupeaux de production laitière comme à Belvis, Galinagues, Caillens... Les troupeaux vu en montagne sont plus pour une production viande. 

Les troupeaux sont traditionnellement gardé par les Patous des Pyrénées, des grands chiens blancs imposants, le border colie est un allié de plus en plus utilisé. Ne vous approchez pas du troupeaux surtout s'il y a des veaux. Régalez-vous du son des cloches. A 20 minutes de route de Belcaire vous pouvez facilement accéder à un lieu de pâturage, au niveau du col de Marmare, vous pourrez trouver des troupeaux de chevaux!

Autre vue de Belcaire

Sachez qu'il y a une fête pour le départ en Estive, elle a lieu généralement lieu début Juin, et part de Roquefeuil pour aller à Lafajolle. Vous pouvez suivre la transhumance des vaches menés par les bergers, et puis profitez d'un délicieux repas à base de produits locaux dans le joli village de Lafajolle qui se met sur son 31 pour festoyer joyeusement !

La gastronomie, à base de produits locaux : 

La terre est bonne sur le plateau de Sault, la terre noire riche en argile, alors qu'elle s'approuvait dès qu'on attaque les pentes calcaires.  

Depuis plusieurs années, en complément de l'activité d'élevage qui reste essentielle à l'économie locale, les agriculteurs se sont mobilisés autour d'une culture ancestrale qui a sauvé la population de plus d'une disette en deux siècles : la pomme de terrePour tubériser, c'est-à-dire former des tubercules, la pomme de terre à besoin d'obscurité. Le buttage en apportant de l'obscurité aux rameaux souterrains favorise donc l'augmentation du nombre de tubercules. 


La "patane" du Pays de Sault a une très bonne renommée dans le sud-ouest de la France, à cause de son goût de noisette, de la qualité de sa chair et de sa longue conservation. La preuve qu'elle est bonne la pomme de terre du Pays de Sault est à la carte d'un chef trois étoiles connu dans le monde entier, Gilles Goujon. Les rendements varient de 20 à 50 tonnes par hectare.En 1835, la culture de la patane couvrait de 20 à 30% des terres labourables. On cultivait aussi la fève, la lentille, le pois et le chou. Depuis 1995 l'association/coopérative ADEPOPAS pour la sauvegarde de la pomme de terre du Pays de Sault permet de regrouper les machines pour limiter les coûts de production. Vous pouvez à Belcaire avoir des pommes de terre à l'épicerie, ce seront celles de la coopérative, et directement chez Benoit Poux en biologique à partir de fin juillet jusqu'à fin janvier.


Saviez-vous que les lentilles furent la renommée dans le passé de la région de Camurac et de Prades sa voisine ? une denrée qui a une très longue conservation dans les granges. La pomme de terre est devenue le légume primordial de l'alimentation. C'est la culture par excellence de la montagne grâce à sa prédilection pour la fraîcheur. Avec les patanes (patates) on engraissera les cochons, et on aura du lard et du jambon.


On l'a déjà un autre produit local de qualité est la viande bovine, d'agneau et aussi cochon. Quelques familles tue encore le cochon en hiver, et quelques fermes ont des porcs : Sault de Pommes à Roquefeuil, la Ferme du Picou à Galinagues. A Belcaire, à la boucherie Artigues vous pourrez vous procurer de la très bonne viande de qualité et locale, il y a même des préparations toutes faites à ramener à la maison.


Un autre met spécifique du plateau de Sault sont : les champignons, mais pas à la vente à la cueillette! Les plus recherchés au Pays de Sault se sont les morilles, les lactaires délicieux, les cèpes de Bordeaux, les chanterelles et les tricholomes de la Saint Georges (mousserons).

La tradition :

En Pays Occitan, Belcaire a quelques villageois qui parlent ou utilisent quelques mots occitans, dit patois, mais cet aspect traditionnel se perd...

Si vous voulez en savoir plus sur la tradition qui perdure un peu sur « Tuer le cochon » vous pouvez lire un très bel article. 

La cuisine, lieu de vie de la maison avec la grande cheminée avec ses chaudrons en cuivre pour la confiture et la cochonnaille, nous ont laissé quelques recettes traditionnelles. Ce sont des recettes rustiques, une cuisine qui s'adapte à la richesse du terroir et des habitants, or le pays était pauvre comme l'illustre ces recettes : 

La rousole, une galette de "viande" :

Du pain rassis à ramollir avec un peu de lait, ou du pain de mie, l’équivalent de 3 tranches. Un reste de viande ou une tranche du jambon ou de la ventrèche à hacher finement (et pour les modernes aux moyens : 150g de chaire à saucisse). Pour relever tout ça, hacher du persil et de l’ail, saler et poivrer. Pour lier le tout utiliser 3 œufs. Pétrir le tout et donner la forme d’un assiette (galette de 2 à 4 centimètres d’épaisseur). Cuisson avec un peu d’huile dans un poele sur feu moyen, en faisant revenir des 2 côtés. Dans un dernier temps la rousole est à mettre quelques minutes dans la soupe aux choux, ce qui la rendra moelleuse.  Suggestion utiliser dans un burger, et avec des frites de pommes de terre du Pays de Sault

Le ragoût de pommes de terre : 

Avec 500 gr de pommes de terre, prévoir 1 petit oignon haché, 200 g de lard de poitrine coupé en lardons à faire revenir dans une cocotte. Peler, laver et couper les pommes de terres en gros dés. Ajouter les dans la cocotte, puis facultativement 1 cuillère à soupe de concentré de tomate et le Thym (à ramasser autour de Belcaire), saler modérément (la poitrine étant déjà salée) et poivrer. Mouiller avec 1 verre d'eau. Couvrir et cuire à frémissement 25 à 30 minutes.

Le millas pour le dessert, qui se faisait au moment du tue-cochon : 

Il faudra mélanger 1 litre d’eau avec 1 cuillère à café rase de sel 2 cuillères à soupe de graisse de canard, et porter à ébullition. Verser alors 230 g de farine de maïs tamisée en pluie et remuer vigoureusement! Laisser cuire à feu doux sans cesser de tourner avec une cuillère en bois pendant environ 50 minutes! Le but est d'obtenir une bouillie très épaisse (un peu comme la polenta). Normalement la cuillère doit tenir debout toute seul au milieu de la casserole. 
Saupoudrer de la farine de maïs sur un linge propre et sans odeur, un long torchon par exemple. Étaler la bouillie sur une épaisseur d’environ 2 cm. Laisser complètement refroidir (plusieurs heures donc). On peut également étaler la pâte sur une plaque à four.

Découper le millas en rectangles, les fariner à nouveau légèrement et les faire dorer à la poêle dans un peu d’huile et de beurre et saupoudrer de sucre.

Energies d'avenir

La commune de Belcaire Lauréate des trophées «Energies d’avenir»